Voyage au Brésil (1ère partie)

Publié le par Faerithil

Jeudi 18 mai 2006:
Ma journée a commencé à 8 heures pour pouvoir partir à 9 heures de Metz. Nous (mes parents et moi) sommes arrivés à l'aéroport Charles de Gaulle vers midi. Ensuite je suis allé à l'enregistrement et là, surprise, l'avion avait 2 heures et quinze minutes de retard. Nous prenons notre mal en patience avec un sandwich puis l'attente reprend. Mes parents me quittent vers 15 heures parce que je leur dis que ce n'est pas la peine qu'ils attendent avec moi. Je vais donc continuer l'attente dans le satellite où je dois embarquer. L'avion arrive et finalement on embarque vers 16h30 pour décoller ensuite vers 17h15. Mon premier vol en avion s'est bien passé, il y a eu très peu de turbulences, la bouffe était plus mangeable que ce à quoi je m'attendais et je crois que je me suis fait draguer par un mec mais il ne me plaisait pas alors je n'ai pas fait durer la conversation comme je sais si bien le faire lol.

Vendredi 19 mai 2006:
Je suis arrivée à São Paulo vers 00h30, ensuite j'ai récupéré mes bagages et j'ai dû prendre un taxi pour l'hôtel car la dernière navette gratuite était à minuit. J'arrive à l'hôtel qui est en fait 2 hôtels: un palace et un business hôtel. Je me dirige vers l'accueil (le réceptionniste était très mignon et il parlait français) mais ce n'était pas la bonne réception donc je me dirige vers l'autre réception (mais là, le réceptionniste n'était vraiment pas à mon goût et ne parlait pas très bien anglais). Je prends possession de ma chambre au 4e étage. Après une petite inspection des lieus et quelques photos, je décide de me coucher: il est environ 2 heures. La nuit fut bonne et le réveil à 9 heures difficile. Ensuite, après une douche chaude normal (la dernière avant longtemps car à Piracicaba, le système est étrange: la "pomme de douche" est chauffante), je me rends au restaurant pour prendre mon petit-déjeuner. Vers 11 heures, je reçois un appel du professeur Gilberto Jose de Moraes qui m'annonce qu'il passera me prendre à l'hôtel entre 14 et 15 heures. Donc je décide d'appeler le room service pour me faire monter un repas dans ma chambre (j'opte pour un sandwich) et à 14 heures, je libère la chambre pour attendre Gilberto. J'ai oublié de vous dire que de ma chambre, j'ai vu un Capibara (je ne sais pas si c'est son véritable nom et si ça s'écrit comme ça, je vérifierai plus tard), un rongeur de très grande taille qui vit au bord de l'eau (si je me souviens bien des documentaires que j'ai vu dans ma jeunesse lol). Vers 15h10, Gilberto arrive avec un de ses collègues, Carlos (qui parle bien français) et ils doivent se rendre à une cérémonie de lancement d'un livre sur les tiques vers 19 heures à l'Institut Butantan de São Paulo (institut spécialisé dans la lutte contre les venins). Comme on a du temps devant nous, ils me font un peu visiter São Paulo. Mon impression sur cette ville: elle est vraiment immense, il y a un énorme contraste entre les favelas très pauvres et les riches résidences du quartier Morambi, la circulation est très dense donc beaucoup de pollution et la conduite à São Paulo est anarchique; en clair, ce n'est pas un endroit de rêve pour moi. Nous sommes allé dans une propriété qui appartenait à un architecte amateur d'art. Aujourd'hui sa demeure est devenu un musée et un salon de thé, le tout se trouvent dans une forêt tropicale de 10 hectares (c'est incroyable comme les arbres sont grands; j'ai vu mon premier caféier et mon premier "avocatier"). Après cette petite escapade direction la cérémonie où j'ai fait la connaissance de beaucoup de monde dont je ne me souviens plus les noms. J'ai aussi eu le droit à l'histoire d'une dame fort sympathique qui avait vécu là où se trouve l'Institut Butantan lorsqu'elle était enfant car son père était directeur de l'Institut Pasteur de São Paulo. C'était l'occasion pour elle de parler français. Après la cérémonie, il y a eu la petite collation habituelle où j'ai pu goûté à des amuses-gueules inhabituelles mais pas mauvais (beaucoup de canapés avec du fromage et d'autres arômes, des choux (la patisserie) avec un morceau de jambon fumé à l'intérieur, ...). Vers 22 heures, on décide de rentrer à Piracicaba et on arrive chez moi vers 23 heures. Une fois chez moi, je ne fais pas long feu. Je fais mon lit et je me couche aussitôt.
Descriptif de mon appartement '2 pièces' spartiate (chambre 3x15m + sanitaires 3x1,50m): la chambre compte un lit 1 place, 1 commode, 2 étagères artisanales et 1 réfrigirateur de grande taille; les sanitaires se composent d'un petit lavabo avec eau froide uniquement, d'un WC et d'une douche aussi eau froide seulement; la cuisine est commune avec 3 autres appartements identiques et le linge se lave dans un lavoir qui se trouve à l'entrée de la cour

Samedi 20 mai 2006:
Le lendemain, je me fais réveiller à 7 heures par l'alarme du réveil d'un de mes voisins visiblement absent puisque l'alarme a sonné jusque 9 heures. Mais bon ce n'est pas grave puisque je devais me lever pour aller prendre le petit-déjeuner avec Carlos. En attendant Carlos sur le trottoir, une brésilienne d'un certain âge (qui se trouve être ma propriétaire) vient me parler et impossible de comprendre ce qu'elle me veut. Elle finit par abandonner lol
Carlos arrive et nous nous rendons dans une boulangerie-épicerie où ils servent aussi des petit-déjeuners. Ensuite Carlos me ramène chez moi car on doit passer me prendre pour faire quelques courses. Là, encore sous le coup du décalage horaire, je fais une petite sieste. Vers 11h, retour de la proprio qui vient m'annoncer que l'on va venir me chercher et que je dois les attendre dans la rue. Ils arrivent, je fais la connaissance de 2 étudiants brésiliens (dont je n'ai pas cerné les prénoms) et de Sigrid, une étudiante française de l'Institut National Agronomique de Paris-Grignon en stage jusqu'au mois d'âout (la seule personne de mon âge avec qui je peux communiquer). On fait de rapides achats (les magasins ferment tôt le samedi), je dîne avec Sigrid dans un restaurant où l'on se sert ce que l'on veut et on paie le repas au poids. J'ai essayé plusieurs choses (mais je ne saurais plus vous dire quoi) mais c'était très bon. Enfin on m'a fait visiter l'Eschola Superior de Agricultura "Luiz de Queiroz" où j'ai rencontré plusieurs étudiants (aucun ne parle français, très peu parlent anglais). Après un rapide coup d'oeil sur internet, je suis retourné chez moi pour 17 heures. Enfin je me suis couché vers 21 heures.

Dimanche 21 mai 2006:
Sigrid m'a proposé de venir avec elle et 3 autres filles à la 23e Festa das Naçaos (la 23e Fête des Nations) à partir de 10h30. En fait, nous avons pris le bus plutôt vers 11h30. D'ailleurs c'est la galère pour trouver des billets de bus car on n'en trouve pas toujours auprès des chauffeurs de bus alors il faut savoir où l'on peut en trouver. Et là, ce n'est pas encore gagné car ils sont souvent en rupture de stocks. Par exemple, aujourd'hui on a pu prendre que 5 billets aller simple (2 Reals le billet). Bref, nous arrivons à l'ancienne usine de canne à sucre où se déroule la fête. Nous payons l'entrée (4 Reals en tarif normal, moitié prix pour les étudiants) et nous traversons un pont au-dessus du fleuve Piracicaba pour nous rendre dans l'usine. La première chose qui m'a frappé et qu'en France, jamais une telle fête aurait été autorisée dans des bâtiments aussi délabrés. Il y a plusieurs stands: quelques stands d'artisanat, des stands d'informations (par exemple, la SPPA: la SPA de Piracicaba) et surtout le plus attractifs de la fête (en dehors des danseurs et du spectacle de cappoeira) les stands des nations. Dans ces stands, il est possible de déguster des plats typiques de chaque nation (lorsque les brésiliens ne se sont pas trompés lol). Les différents stands étaient:
  - le nord du Brésil où nous avons mangé une sorte de hachis parmentier mais à la place du hachis, c'était de la viande séché (je n'ai pas vraiment aimé), un plat à base de poulet, de fromage, d'olives et baignant dans de l'huile (c'était pas mauvais) et en accompagnement du riz simple et du riz avec des légumes (le riz se mange presque tous les jours ici et si ce n'est pas du riz, c'est des haricots rouges)
  - le sud du Brésil
  - la Hollande avec leur traditionnel viande à la sauce calabraise (car c'est bien connu que la Calabre se trouve en Hollande lol)
  - l'Italie avec ses pâtes et ses pizzas
  - les Etats-Unis avec les burgers et des sucreries (chose étrange, les pommes d'amour se trouvait dans ce stand)
  - l'Allemagne avec ces saucisses
  - les pays arabes avec leurs couscous
  - et la France, bien à part des autres, dans un joli cadre et très fréquenté (ce qui prouve que les brésiliens aiment la France). Un effort avait même été fait en essayant de donner les noms français des plats.
La journée fut bonne, j'ai pu matter les danseurs qui étaient plutôt mignons et qui se déhanchaient très bien (hmmmm).
Ensuite, nous sommes retournés à l'ESALQ où je suis allé sur MSN (certains ont pu me parler et tant pis pour les autres :-P). Demain les choses sérieuses commencent...

NB: les horaires sont les heures locales donc seulement les horaires du jeudi 18 mai correspondent à l'heure française. Et je m'excuse pour le style linguistique mais je n'ai pas trop le courage de reprendre mes phrases pour en faire un bon français.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

johann 23/05/2006 19:54

bein super content pour toi que tout c bien passé tu le merite....
J'espere qu'en quatres mois tu n'auras pas le temps de t'ennuyer...je pense que non grace a cette copine française (ouf) et a toute l'attention legendaire des bresiliens....essaie seulement de comprendre ce que te raconte ta proprio...si ça se trouve elle te racontais comment allumer l'eau chaude pour la douche lol ce serais con de la comprendre que dans 4 mois MDR!
Allé a plus seb!BIZOU!

Faerithil 26/05/2006 21:33

Où as-tu vu que j'avais une copine française? lol Le seul lien que je partage avec elle est le français car plus les jours passent et moins je l'apprécie. Elle me donne l'impression d'être incapable de me débrouiller seul alors que même si je ne parle pas portugais, je m'en sors quand même.
En ce qui concerne l'eau chaude de la douche, tu n'as pas dû bien lire car il me semble avoir dit comment cela fonctionne (j'ai compris tout seul, tu as oublié à quel point je suis intelligent lol)
Bisous aussi mon grand

AL1 23/05/2006 16:20

...tu ne seras pas complétement perdu... (c'est mieux en le lisant comme ça !! corrige le com. si tu ne veux pas laisser les 2 !)

Faerithil 26/05/2006 21:26

Oui comme cela je compremds beaucoup mieux ;-)

AL1 23/05/2006 16:18

Bein le Môssieu nous avait caché qu'il n'avait jamais pris l'avion... et en plus il a de la chance, ça c'est bien passé ! (Tu sais que dans l'aéronautique - comme dans la marine - il y a une tradition pour qui passe l'équateur pour la première fois ?). Et il en a vécu des choses en 4 jours... Plus que ces dernières semaines chez lui à M. !?Heureux pour toi qu'il y ait un p'tit'bout (de femme) de France avec toi là-bas, tu seras complétement perdu ! lol !! :0010:

Faerithil 26/05/2006 21:28

J'aurais préféré un p'tit bout d'homme mais bon, je n'ai pas eu cette chance...