Retour de weekend...

Publié le par Faerithil

Me voilà de retour à Piracicaba. Je suis sûr d’avoir manqué à certain qui ont pris l’habitude de me "parler" tous les jours (n’est-ce pas AL1? lol). Je ne vais pas vous faire languir plus longtemps. Voilà ce que j’ai à dire de mon weekend à São Paulo.
Tout d’abord, ma deuxième impression sur São Paulo est meilleure que la première. Sans doute est-ce parce que j’ai passé, survécu à presque 4 mois d’ennui à Piracicaba. Désolé mais je n’ai pris trop peu de photo. Je suis resté tout au long de mon séjour seulement sur l’Avenida Paulista où il n’y a rien d’exceptionnel à voir.
Revenons-en à mon séjour. J’ai donc pris le bus de 13h30 à Piracicaba jeudi dernier et après 2 heures de route, je suis arrivé à la gare routière de São Paulo. Durant le trajet, j’ai pu apercevoir les favelas difficilement car la route est en contre-bas.

 

Première découverte, le Metrô.

Le réseau n’est pas aussi important que celui des grandes villes européenne surtout pour la superficie d’une mégalopole telle que São Paulo. Seulement 4 lignes existent et des travaux sont en cours pour ralonger ces lignes. Le projet est, entre autre, de pouvoir accéder aux 2 aéroports de la ville par le Metrô.Je dois dire que je préfère le Metrô de SP à celui de Paris. Les rames sont plus larges donc plus spacieuses et il n’y a pas de surcharge des rames (je n’ai pas essayé aux heures de pointes). Les gens ne se bousculent pas pour y entrer et ça c’est vraiment le pied lol.En une vingtaine de minutes et après un changement de ligne, me voilà face à ma deuxième découverte.

 

Deuxième découverte, l’Avenida Paulista.

L’Avenida Paulista est un peu les Champs-Elysée de Paris (en moins beau lol). Cette longue avenue est bordée d’immeubles commerciaux plus ou moins récents. Parfois des bâtiments datant de l’époque coloniale cotoie les buildings. Mais pas le temps de traîner, je devais trouver l’agence Varig au plus vite car il était 16h20 et l’agence fermait à 17h.16h35 j’ai vu l’enseigne Varig de l’autre côté de la route. J’ai donc traversé après avoir attendu au moins 10 minutes que le feu pour piéton passe au vert, je me suis approché de l’agence qui me semblait bien vide et en effet elle l’était. Personne, des ordinateurs éteints et deux affiches sur les portes vitrés. Je me suis donc approché pour les lire (enfin seulement lire la partie écrite en anglais). Ce qui m’a permis d’apprendre que Varig a réduit le nombre de ces agences dans tous le pays au strict minimum, ce que je doutais puisqu’une réduction de personnel avait été faite après le rachat de la compagnie. Résultat, je devais me rendre dans l’un des aéroports. A ma montre, il était 17h donc pas vraiment le temps d’y aller puisque j’avais rendez-vous avec Eduardo à 18h50 devant son lieu de travail. En attendant, j’ai fait un peu de lèche-vitrine et j’ai matté un nombre incalculable de gay (ils sont beaucoup plus visibles qu’à Piracicaba).

 

Rencontre avec Edu.

19h la boutique où travaille Edu fermait. Au bout d’une dizaine de minutes et après avoir cru qu’il allait me poser un lapin, le voilà enfin. Il portait des lunettes mais je l’ai tout de même reconnu. Il me plaît vraiment mais il n’y a pas eu le même déclic au premier regard que pour ma première rencontre avec mon Nico ou avec Rémy. Sur le chemin vers son domicile, on a parlé un peu et son anglais n’était pas aussi mauvais qu’il me l’avait dit. Juste quelques fautes de conjugaison qui n’empêche absolument pas la compréhension. Arrivé à son appart, j’ai eu la surprise d’apprendre qu’il vivait en colocation avec une charmante demoiselle, Fabricia, étudiante en mode (son rêve: travailler à Paris bien sûr). Le programme de la soirée: mattage de dvd (Mrs Dalloway en anglais sous-titré portugais puis un film d’Ingmar Bergman en suédois sous-titré portugais) en compagnie d’ami(e)s (Klaus, Nana et surtout Otavio). Je fais donc la connaissance d’Otavio, un très charmant quadragénaire dont Edu m’avait parlé. Edu et lui ont été très proche toute la soirée mais crédule comme je le suis, j’ai pris cela seulement pour de l’affection. De plus cette nuit-là, Edu m’a proposé de dormir avec lui où il s’est forcément passé quelquechose sans que cela aille très loin. Le lendemain, je dîne avec Nana, un autre ami dont je n’ai pas saisi le nom et Edu. Ensuite je me suis rendu à l’aéroport le plus proche en taxi où j’ai obtenu mon rerouting pour Frankfurt (de retour en Europe le 15/09).15h30 me revoilà sur l’Avenida Paulista où je dois rester jusqu’à 19h pour retrouver Edu à la sortie de son taf comme la veille. J’ai cherché desepérement quelques souvenirs à ramener mais rien à part des boutiques de fringues, des bijouteries, des sandwicheries, ...19h retour à l’appartement pour se préparer pour la soirée.

 

Le Bubu Lounge.

Nous sommes trois à nous rendre dans ce club: Edu, un autre ami à lui dont je ne saurais écrire le prénom et moi. Avant de nous rendre au club, nous passons chez Otavio (intérieurement je souhaite qu’il ne vienne pas avec nous et ce fut le cas) mais là je découvre qu’Edu et lui sont vraiment plus proches que ce que je pensais: ils sortent ensemble. Résultat: je décide de boire un peu plus qu’à l’accoutumée. Au lieu des bières traditionnelles, je prendrais des alcools plus forts tout en les espaçant suffisamment pour rester lucide.L’entrée du club est à R$25 ce qui correspond à 10 euros. Ce tarif est similaire à celui des clubs français. Par contre, il ne correspond pas à la même chose. En effet, ces R$25 correspond à la consommation de boisson (je ne sais pas ce que j’ai bu car j’ai laissé Edu choisir à ma place). Lors de cette soirée, il s’est passé beaucoup de choses. Plein de beaux mecs, pleins de couples, Edu ivre embrassant avec la langue tous les mecs qu’il connait (il a essayé avec moi mais je n’étais vraiment pas d’humeur à jouer à ce jeu là). Rien ne m’a remonté le moral, c’était même pire. Et l’après soirée ne fut pas mieux. Vous êtes vous déjà retrouvé obligé de s’isoler dans une pièce voisine à celle où des personnes ont des rapports sexuels? Moi c’est la seconde fois que celà m’arrive (pour la première quelqu’un se reconnaitra lol) et cette fois-là fut vraiment pire puisqu’elle concernait 3 mecs dont un qui me plaisait vraiment (Edu). Il était hors de question que je me joigne à eux. Ensuite l’ami d’Edu repart mais le mec ramené du club reste. Pas question qu’il dorme avec Edu. Avant de dormir, je décide de parler à Edu. Je lui annonce que j’ai des sentiments pour lui et que je vais peut-être partir le lendemain au lieu de dimanche. Mais finalement le lendemain je décide de rester (de plus, Edu a l’air de ne pas se souvenir de ce que je lui avais dit la veille).

 

Samedi et dimanche.

Ces deux jours, je n’ai pas beaucoup vu Edu. Le samedi, il travaillait de 9h à 14h ensuite il avait théâtre jusque 17h puis des courses à faire pour la fête prévue le soir même.Cette fameuse fête où l’on s’est retrouvé à 25 dans 50m et où des vapeurs d’alcool et de marijuana flottaient dans l’air. J’ai été seul tout au long de la soirée (de 21h à 5h) puis le sommeil ne fut pas génial puisque je ne partageais qu’un petit morceau de matelas avec Edu.11h30 nous sommes allé manger avec Fabio puis on est rentré. 14h Edu accompagne Otavio à un restaurant, il me propose de venir mais je refuse n’ayant aucune envie de tenir la chandelle. Ils reviennent à 16h55 et à 17h, je décide de partir en direction de la gare routière. Edu me raccompagne jusqu’à l’ascenseur, on se dit au revoir, il me dit que je suis toujours le bienvenue chez lui (il ne parle plus d’aller en France) et on se quitte.Mon bus quitte São Paulo à 18h30 et je suis arrivé à Piracicaba 2 heures plus tard. Par chance, le bus s’arrête à proximité de l’ESALQ ce qui me permet d’être chez moi en 5 minutes au lieu des 1h30 qui me sépare de la gare routière.

 

Bilan de ce weekend:

Très mauvais weekend. Très loin de ce que j’avais espéré. Lorsque l’on est isolé au milieu d’un tas de gens, on se sent encore plus seul que lorsque l’on est vraiment seul. Durant ce weekend, j’ai éprouvé énormément de tristesse, de nostalgie et de colère. J’espère que, s’il y a une prochaine rencontre avec Edu, elle ne se passera pas du tout comme celle-ci.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mimi 30/08/2006 23:03

Heureux de voir que tu peux à nouveau voir correctement et laisser des comm sur les spaces live.
Pour ce qui est de cette liste ridicule sur mon blog, tu imagines bien que c'est juste une suite de conneries; de phantasmes pour la plupart, juste histoire de faire croire que je suis une salope. Soyons réaliste à 30 ans, je serais toujours au même point que maintenant. Ne serait-ce que la résolution 1 est complètement inimaginable en ces temps de disette sexuelle. Mais j'ai trouvé ça drôle alors, je me suis dit que ça pourrait fairer rire les autres aussi.
Et pour la 10, j'y avais pas pensé. Mais bon, il aurait fallu que tu me parles en italien pour que ça le fasse complètement... looool.
@+, mon grand, prends soin de toi et profite de tes derniers jours au Brésil.
Bye, Mimi

Faerithil 31/08/2006 15:13

C'est vrai que c'était drôle mais il ne faut pas dire qu'à 30 ans tu en seras toujours au même point. La vie est faite de suprises et en 4 ans, il peut se passer énormément de choses.

Pascal 29/08/2006 12:38

C'est dommage que ça se soit passé comme ça...(quelle histoire quand même!).Franchement je vois pas comment tu peut imaginer une relation avec un ars qui fait l'amour avec d'autres gars (si j'ai bien compris)....Bonne chance

Faerithil 29/08/2006 15:53

Bah oui cela m'a un peu refroidi. Il est impossible pour moi de concevoir un couple sans fidélité. Mais il était ivre, c pardonnable... et ce n'est pas moi son petit ami.

johann 29/08/2006 11:07

Salut!
Desolé de voir que ton week end c pas super bien passé c dommage vu tous les espoirs que tu y a mis....
Finalement fo relativiser il y a eut quand meme un petit quelque chose avec edu....mais je dois dire que ce type ne doit pas etre super sympas vu qu'il s'est apparemment pas oqp de toi durant la soirée c pas sympas il aurais du voir les efforts que tu as fait pour venir a lui!!!
En plus tu viens d'europe presque pour lui!!! LOL!
Garde le moral te laisse pas aller au desespoir ton calvaire prend bientot fin et de retour en france je suis sur que tu te sentira deja mieux entouré des tiens!
bisous!

Faerithil 29/08/2006 15:50

Merci pour ce petit commentaire fort sympathique.En ce qui concerne mon retour en France, cela va être bien au début mais ensuite je vais rapidement en avoir marre d'être chez mes parents. J'espère trouver un taf très rapidement. Le reste suivra...

Mimi 28/08/2006 20:03

Salut mon grand.
Je suis désolé pour ton WE, ça m'attriste de voir qu'il n'a pas du tout été à la hauteur de tes espérances. Le retour en France te sera très profitable, j'ai l'impression. L'autochtone brésilien n'a pas l'air si attirant que prévu.
A bientôt, bisous,
Mimi

Faerithil 28/08/2006 22:01

Non le problème est qu'en amour, je n'ai jamais eu de chance et ce n'est pas prêt de changer apparement...
@ bientôt

AL1 28/08/2006 17:01

Merci de penser à moi ! lol !!... Mon week-end a été plus tranquille, moins sentimental que le tien... Et tu sais maintenant ce que c'est d'approuver des sentiments non partagés ! Faut juste te dire que tout n'est pas bloqué, qu'un jour prochain tout s'arrangera...

Faerithil 28/08/2006 17:23

Ce n'est pas la première fois que j'éprouve des sentiments non partagés. Je ne vis que ça depuis plus de 2 ans. Et comme à chaque fois, je finirais par m'en remettre mais là j'ai atteint un stade où je n'ai plus envie d'espérer quoique ce soit.J'ai beaucoup réfléchi ce weekend, j'en ai eu grandement le temps. Je me suis un peu senti comme Mrs Dalloway qui parait être heureuse devant tout le monde mais qui n'a plus le gout de vivre au fond d'elle. Je me suis penché sur le balcon à contempler le vide du haut des 10 étages en me demandant ce qui pourrait me redonner le goût de vivre...